Langue

Le plan « Perpignan 2020 » créé par le maire Jean-Paul Alduy comprend un 4ème pont sur le fleuve de la Têt, dont le premier magistrat dit « au moment où Perpignan se prépare à accueillir le TGV, où Perpignan se dote de tous les moyens modernes de développement, le 4ème pont est le pont du bon sens ». Mais l’opposition dans le secteur s’énerve suite à une réunion organisée par la mairie mercredi soir au palais des congrès. Dans un communiqué d’hier, l’« Association contre le pont du non sens », constituée de riverains de part et d’autre de la Têt, insinue un caractère truqué de la rencontre, lors de laquelle « un très important groupe de personnes non concernées par le 4ème pont (…) huait les opposants au pont et applaudissait les représentants de la mairie ». L’association invoque la présence d’intervenants imposteurs et d’habitants plus éloignés, notamment du quartier des Platanes, alors que ses adhérents du quartier du Bas-Vernet, concernés au Nord, « n’ont pas reçu d’invitations de la mairie ». L’association attend l’examen par le Tribunal Administratif, dans les prochaines semaines, d’un recours contre la déclaration d’utilité publique du projet, dont l’enquête publique a été rejetée par près de 52 % de personnes. Les travaux, engagés depuis peu, dureront un an.

Partager