Langue

La commune de Villeneuve de la raho héberge la plus grande polémique du Pays Catalan, mais aussi de France, au sujet des effets nocifs des relais de téléphonie mobile. 25 antennes, installées sur le château d’eau du centre du village, provoquent des inquiétudes croissantes, relayées par une association, « Un mât pour les ondes », créée en 2008. A force d’actions sur la voie publique, réunions d’information et influence par le biais d’Internet, ce collectif vient de parvenir, trois ans après sa constitution, à alerter l’opinion nationale. En effet, trois cas de cancer détectés dans l’école primaire située en contrebas des antennes ont été cités ce mercredi par le très autorisé magazine Le Point, reprenant une information gravée dans le marbre par l’Agence France Presse. A ce stade, la nocivité des ondes émises par les réseaux Orange, SFR et Bouygues Telecom, n’est pas établie avec certitude, mais la pression monte. D’autant plus que l’association invite à saisir les services de l’État sur cette grande question. A cet effet, elle invite les citoyens et élus du département des Pyrénées-Orientales, mercredi 8 juin, à rejoindre la préfecture de Perpignan, où elle prévoit de déposer des demandes d’application du principe de précaution, signées par plus de 400 familles de Villeneuve de la raho.

Face au mystère relatif aux dommages sanitaires, alors que la réglementation en matière d’implantation d’antennes reste interprétable, Un mât pour les ondes observait récemment, outre les trois cas de cancer, une grosse trentaine d’accidents cardiovasculaires et de maladies d’Alzheimer, aux abords immédiats des antennes. Avec une forte présomption de radiations nocives, l’association annonçait même, ce jeudi soir, « ça pète vraiment de tous les côtés », en constatant que son combat peut aboutir prochainement. En effet, l’agglomération Perpignan-Méditerranée, qui détient la compétence sur la question, peut rompre, jusqu’au samedi 11 juin, deux des trois contrats passés avec les opérateurs SFR et Bouygues. Il s’agirait alors de déplacer les antennes de quelques centaines de mètres, pour venir à bout d’une bataille qui oppose les militants à la mairie de Villeneuve de la raho, dirigée par l’UMP Jacqueline Irles.

Partager