Langue

Après plusieurs jours d’interrogations, le variant Omicron est arrivé en Pays Catalan. Cette nouvelle souche du coronavirus, appelée lignée Pango B.1.1.529, a été détectée pour la première fois le 9 novembre au Botswana, pays voisin de l’Afrique du Sud. Six premiers cas sont formellement identifiés dans les Pyrénées-Orientales depuis ce lundi 20 décembre, mais de nouvelles situations sont à prévoir.

Moins grave mais plus contagieux

Ce variant classé comme préoccupant par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) est déjà majoritaire aux États-Unis. Il est réputé huit à dix fois plus contagieux que le variant Delta, et pourrait générer, courant janvier, une vague de contamination plus importante que toutes les autres. Ses effets sont cependant moins graves que ceux du Delta ou des versions précédentes du Covid. Ce variant, devenu une menace mondiale, est difficilement maîtrisable avec les vaccins, car, selon les dernières études effectuées au Royaume-Uni, deux semaines seulement après la seconde dose, l’efficacité du vaccin tombe à 19% avec le produit Pfizer à à 0% avec AstraZeneca. En revanche, le troisième rappel de vaccin redonne de l’efficacité face à Omicron, mais 20% des individus concernés peuvent toujours susceptible d’attraper le Covid-19, avec symptômes.

Début de tension à l’hôpital

Alors que six personnes porteuses du Covid sont décédées ce lundi 20 décembre à l’hôpital de Perpignan, le taux d’occupation des lits de réanimation, en progression rapide, s’élève à 65,2%. Parallèlement, le taux d’incidence, correspondant au nombre de tests virologiques positifs pour 100 000 habitants, s’élève à 777.66.

De nouvelles restrictions en France début 2022 ?

Face à Omicron, en Catalogne du Sud, un couvre-feu est décrété toutes les nuits de 1h à 6h. En Allemagne, un groupe d’experts conseillant le gouvernement fédéral recommande des réductions supplémentaires des contacts au sein de la population. Aux Pays-Bas, les magasins dits “non essentiels” sont fermés jusqu’au 14 janvier. En France, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal déclarait ce mardi 21 décembre “On a annoncé des mesures sur le 31 décembre. Si on constate qu’il y a une reprise très forte de l’épidémie liée au variant Omicron, on ira plus loin« .

Lire aussi :
Pas de feu d’artifice du Nouvel An à Canet, Collioure et Prats-de-Mollo

Partager

Icona de pantalla completa