Langue

Un tramway a fonctionné à Perpignan de 1900 à 1955, avant un trolleybus jusqu’en 1968, mais l’automobile a gagné ces formules de transports. Près de 60 ans après la fin du tramway, une formule baptisée bus-tram est présentée aux usagers ce samedi 9 mars. Son autorité de gestion, la Compagnie de Transports Perpignan Méditerranée (CTPM), déléguée par l’Agglomération Perpignan Méditerranée, en assure la mise en marche depuis l’arrêt Hôpital Saint-Jean, située avenue du Languedoc. La ligne 4, la première à fonctionner et la plus longue, car parcourant une distance de 10 km, traversera la ville de part en part, du quartier du Vernet, au Nord, jusqu’aux zones économiques Tecnosud et Agrosud, à l’extrême Sud, après avoir emprunté le centre-ville. Pour ce lancement, quatre véhicules capables d’accueillir deux fois plus de voyageurs que les bus classiques sont mis en circulation.

Plus silencieux, plus spacieux, mieux looké

Le bus-tram, dont les premiers essais à Perpignan datent de juillet 2010, aura exigé près de 3 ans de délai avant sa mise en place, promise à combler le retard perpignanais en matière d’utilisation des transports en commun. L’aménagement de la première ligne et la mise en place effective de ce véhicule à « Haut Niveau de Service », qui représente plus qu’un bus mais moins qu’un tramway, revient à la société canadienne SNC-Lavalin. Dans un second temps, cet opérateur est également chargé de l’adaptation de 14 km d’axes complémentaires, avec aménagements prioritaires pour les bus. Parfois appelé tram’bus, ce moyen de transport plus confortable, spacieux et silencieux que les bus traditionnels, est associé à la modernité. Ce bus à accordéon, bénéficiant d’un design contemporain et des fonctionnalités d’un tramway, sera notamment mis en service en 2016 dans la desserte du site économique Sophia Antipolis, proche de Nice.

Partager