Langue

Le Train jaune a été recouvert de tags par des auteurs semi-anonymes, dans la nuit de vendredi 17 à samedi 18 juillet. Cet attentat visuel a été commis en gare de Bourg-Madame. Il s’agit d’un vandalisme important, car tout le convoi visé a été recouvert de graffitis jusqu’au sommet, c’est à dire que ses fenêtres aussi ont été peintes. Les personnes qui ont procédé à cette maculation de grande ampleur ne sont pas encore connues, mais une enquête est ouverte, car leur signature figure sur leurs ”oeuvres”, selon l’habitude des taggeurs.

Un train de montagne aux allures de banlieue

Ces agissements ne sont pas nouveaux, car le Train jaune a déjà subi trois vagues de tags en 2015, puis en janvier 2017 ainsi qu’en août de la même année en gare de Latour-de-Carol. Une rame avec 6 wagons avait alors été intégralement recouverte de peinture. Ce méfait s’était reproduit à Villefranche-de-Conflent en 2018. Le manque de surveillance envers le Train jaune, par la SNCF, semble être l’une des raisons qui conduisent ce moyen de transport montagnard par excellence à emprunter malgré lui des airs venus des banlieues.

Partager