Langue

15 jours avant le mardi gras, qui marquera la fin de la période de Carnaval, les dates et les événements se multiplient sur l’ensemble de la Catalogne, même si l’engouement semble moins grand ces dernières années en Catalogne du Nord. Des plus traditionnels, comme à Vilanova i la Geltrú ou Solsona, aux plus brésiliens, comme à Barcelone ou Tarragona, tous les carnavals ont en commun la transgression, comme à Platja d’Aro ou à Sitges, deux villes qui présentent une affiche mettant en scène deux femmes s’embrassant, ou à Sant Feliu de Guíxols, où le Roi Carnaval est intervenu dans un Conseil Municipal fictif pour mettre en congé le maire, Pere Albó et ses conseillers, pendant les 15 jours de ce Carnaval 2009, après une motion de censure populaire. Ce roi éphémère a même précisé : « nous sommes l’alternative à un gouvernement qui a été jusqu’à présent trop travailleur et trop sérieux… ». Au Nord des Albères, la tradition carnavalesque tend à tomber en désuétude, hormis dans quelques communes parmi lesquelles Saint-Laurent de Cerdans, Prats de Molló et Arles sur Tech, dont la fête de l’ours a jalonné les festivités. En revanche, Perpignan a perdu son carnaval au début des années 2000.

Partager