Langue
La Clau
Le Téléthon et Miss France, 10 millions de téléspectateurs pour Perpignan
Langue

La ville de Perpignan est choisie cette année par l’Association Française contre les Myopathies (AFM) pour recevoir l’un des grands plateaux du Téléthon. Les 5 et 6 décembre, elle s’exposera à la France entière lors du grand élan de générosité, qui a capté 1,35 million de téléspectateurs en 2013. Vendredi 24 octobre, le rôle de « Perpignan, ville ambassadrice Téléthon 2014 » sera présenté par le maire, Jean-Marc Pujol, à l’Hôtel de ville. A cette occasion, le premier magistrat sera entouré de la présidente de l’AFM, Laurence Tiennot-Herment et de Philippe Vilamitjana, directeur du Téléthon à France Télévisions.

Un grande fiesta au pied du Castillet

Lors de l’échéance à venir, pendant 30 heures, la télévision publique occupera un grand plateau au pied du Castillet, pour « rendre compte de la mobilisation et de la solidarité extraordinaire des sudistes », résume le délégué de l’AFM dans les Pyrénées-Orientales, Olivier Parra. Cette longue séquence mettra en valeur les traditions catalanes, notamment la sardane et les castells. Un village gourmand sera installé et des chars de carnaval transporteront des personnes en situation de handicap, de la place Arago jusqu’au Palais des congrès. Une descente en rappel sera accomplie par les pompiers, à la façon des fêtes de la Saint-Jean.

Un puissant marketing territorial sur TF1, France 2 et France 3

Ce prochain Téléthon, parrainé par le chanteur Garou, hissera Perpignan en ville de référence, à l’égal de Marseille, Metz, Compiègne et Paris. La ville sera abondamment citée et vantée, lors de cette importante opération de marketing territorial. Ce grand moment de solidarité nationale coïncidera, le samedi 6 décembre en soirée, avec la finale du Concours Miss France 2015, où figurera la Perpignanaise Sheana Vila Real. Dans cette compétition esthétique qui a rassemblé 8,12 millions de téléspectateurs l’année dernière, Miss Roussillon défendra les couleurs du territoire. Malgré la dispersion des noms « Roussillon », « Pays Catalan » et « Pyrénées-Orientales », trop nombreux pour délivrer un message clair, la double publicité contrera l’image négative de Perpignan véhiculée par l’affaire des disparues de la gare de Perpignan et celle des « disparues de Perpignan », ou affaire Bénitez. Les occurrences de la ville, régulièrement associées à la criminologie, seront contrebalancées par des connotations autrement plus positives.

Partager

Icona de pantalla completa