Langue

Les derniers chiffres de la pandémie de coronavirus, publiés ce mardi 28 décembre en soirée par l’Agence régionale de santé « Occitanie » (ARS), signalent une nouvelle hausse dans les Pyrénées-Orientales. Le taux d’incidence grimpe à 889,7 personnes sur 100 000 habitants, à l’issue d’une augmentation d’environ 20% en une semaine. Les conséquences de cette recrudescence sont de plus en plus ostensibles au centre hospitalier de Perpignan, où 178 hospitalisations Covid sont en cours, dont 23 personnes en réanimation. L’ARS informe et avertit : « rappelons que le variant Omicron circule très rapidement et que l’écrasante majorité des patients hospitalisés pour cause de Covid n’est pas vaccinée. Il est primordial que chacun se responsabilise en se faisant vacciner et en effectuant son rappel ». Le prochain bulletin d’information coronavirus, attendu ce vendredi 31 décembre, devrait comporter une nouvelle hausse au regard de la courbe de propagation de l’épidémie.

Lire aussi :
Les antivax de Perpignan ne se démobilisent pas

73,6% de guérisons depuis le début de l’épidémie

Sur l’ensemble du Pays Catalan, depuis le début de l’épidémie, 2779 hospitalisations spécialement consacrées à soigner le Covid ont été observées, dont 521 patients placés en réanimation. 2 044 personnes sont guéries après hospitalisation, soit un taux de guérison de 73.6 %, correspondant au nombre de guéris suite à une hospitalisation par rapport au nombre total d’hospitalisations. Le nombre de décès après hospitalisation s’élève à 477, soit un taux de 17.2 %.

Le gouvernement reconnaît un « raz-de-marée”

Alors qu’un record absolu de contaminations a été observé en 24 heures, avec 208 000 nouveaux cas en France enregistrés ce mercredi 29 décembre par Santé Publique France, le ministre français de la Santé a reconnu ce mercredi que les chiffres « donnent le vertige » , Olivier Véran a déclaré « Nous faisons face à deux ennemis », en référence au variant Delta, qui continue de se propager, et au variant Omicron. « Là je ne parlerai plus de vague. J’ai parlé de lame de fond (…) Vu les chiffres que nous enregistrons depuis quelques jours, je parlerai de raz-de-marée », a lancé le ministre. Suite à la flambée des contaminations, 10% de la population française est cas contact, et les non-vaccinés ont « peu de chances de passer entre les gouttes, le virus circule trop », selon O. Véran.

Partager

Icona de pantalla completa