Langue

La nouvelle augmentation de 6% du prix du tabac en territoire français, survenue ce lundi, accroît encore la différence des tarifs français et espagnols, dont les fumeurs du Pays Catalan du Nord savent les avantages, au grand dam des buralistes. Les consommateurs des Pyrénées-Orientales, depuis 10 ans massivement habitués à acheter leur tabac, ou à le faire acheter, en Catalogne du Sud, y trouvent désormais un avantage encore plus important. Ainsi, à Perpignan ou à Céret, le paquet de cigarettes des marques habituelles est passé à 5,90 euros, soit une augmentation de 30 centimes. Dans le même temps, suite à une hausse espagnole générale de 25 centimes encouragée en mai dernier par la multinationale Altadis, les commerces de La Jonquera, Puigcerdà ou Le Perthus, proposent des paquets de 3,10 à 3,85 euros l’unité. Malgré cette hausse espagnole, le caractère avantageux des prix espagnols vient encore de se renforcer pour les consommateurs du territoire français, qui bénéficient de réductions de 34% à 38% au Sud, en comparaison avec les prix affichés au Nord. En France, après la dernière hausse de 6% également, survenue il y a tout juste un an, le ministère du Budget participe à une tentative de résorption du déficit de l’Etat. Mais en termes d’économie concrète et d’emplois, dans une ambiance de crise persistante, cette mesure défavorise nettement les débitants de tabac du Nord des massifs des Albères. Au nombre de 174, les professionnels des Pyrénées-Orientales comptabilisent 86 fermetures depuis 2003, suite à la précédente série d’augmentations des prix et l’habitude des achats au Sud, souvent organisés en système d’achats groupés, en famille ou entre collègues ou amis. La nouvelle hausse devrait se traduire pour l’Etat par 660 millions d’euros de recettes fiscales supplémentaires par an. Cette année, pour la première fois, le Ministère de l’Economie prévoit que les recettes issues du droit de consommation du tabac, en dehors de la TVA, dépassent 10 milliards d’euros.

Partager

Icona de pantalla completa