Langue

Le 6 octobre 2012, Journée Mondiale de la Santé Mentale, a été l’occasion de publier à Barcelone une statistique qui signale l’importance du suicide dans la mortalité sud-Catalane. En effet, il s’agit de la première cause parmi les hommes de 30 à 44 ans et la deuxième parmi les hommes de 15 à 29 ans, selon un calcul rendu public par la Fédération Catalane des Associations de Proches et Personnes victimes de Problèmes de Santé Mentale (Fecafamm). Cette structure a présenté les conclusions d’une étude qui met en évidence la recrudescence des situations de dépression et de la plupart des autres maladies mentales, en conséquence de la crise économique. En réalité, l’importance acquise par la dépression dans le classement des causes de mortalité est due à la diminution des décès par accidents de la route. Il s’agit cependant d’un phénomène de première importance, car selon cette fédération, la dépression devrait devenir la deuxième cause de handicap dans le monde à l’horizon 2020.

La dépression coût 156 euros pan an en Catalogne du Sud

Engagé dans une opération de défense des personnes atteintes de maladies mentales, le président de la Fecafamm, Xavier Trabado, estime que le traitement de la dépression imposerait de tripler le nombre d’établissements spécialisés répertoriés en Catalogne. Il évalue le coût annuel direct de la dépression en Catalogne à 156 millions d’euros, et le coût indirect à 580 millions. Dans ce sens, la Fecafamm réclame au gouvernement de Catalogne le maintien des budgets alloués aux structures associatives qui accompagnent les malades. Au niveau global, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) évalue à 4% du P.I.B. de l’Union européenne les pertes économiques induites par la perte de productivité des personnes atteintes de maladies mentales.

Partager