Langue
La Clau
Le « racisme anti-blanc », reconnu à Perpignan pour la première fois
Langue

Le thème délicat du « racisme anti-blanc » est officiellement entré dans Perpignan suite à l’agression dont a été victime une famille originaire de la partie Nord de la France. Le 17 avril, la famille Picard, installée dans le quartier Saint-Jean, a subi les assauts et menaces de mort d’un groupe de jeunes, énervés par une réprimande du père, Marc-Henri Picard, contre un ballet de scooters au pied de sa porte, rue des Trois Journées. Face à la crainte physique, sa compagne, s’était réfugiée avec son bébé de 8 mois dans les toilettes de l’appartement. Dans un communiqué en date de ce lundi, le Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP) « condamne tout naturellement l’agression et les propos racistes » tenus pas les agresseurs, après avoir proposé aux Picard de déposer une plainte contre X auprès du Procureur de la république de Perpignan pour “injures raciales”. Pour le MRAP, qui explicite pour la première fois, en Pays Catalan, des faits discriminatoires portant sur une famille d’origine européenne qui s’apprêterait à « quitter la ville par peur », le combat contre ce « racisme anti-blanc », régulièrement brandi par l’extrême droite, est justifié car « aucun racisme ne peut en justifier un autre, aucune discrimination ne peut en justifier une autre ».

Partager

Icona de pantalla completa