Langue

La notion de qualité de vie, accolée par le tourisme aux Pyrénées-Orientales, ne se reflète pas dans les chiffres. Ce concept abstrait, difficilement quantifiable selon des paramètres rigoureux, fait l’objet d’un rapport intitulé « Une approche de la qualité de vie dans les territoires », communiqué ce 8 octobre par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Un palmarès prend en compte 2.600 territoires, selon 27 indicateurs, parmi lesquels figurent les revenus des habitants, la disparité des salaires entre les hommes et les femmes, les loisirs, la culture, les sports, le niveau des diplômes et l’accessibilité aux équipements.

Passé par ce crible relativement fin, le Pays Catalan se classe parmi les 10 derniers départements français, tout comme l’Aude et la Haute-Corse. Le département de l’Hérault, moins affecté, figure sur la partie basse du tableau, tandis que le Bas-Rhin, qui correspond au Nord de l’Alsace, frise l’excellence en s’incluant parmi les 10 premières places. Les difficultés économiques des Pyrénées-Orientales, associées à une structure démographique peu enviable, déclassent le territoire. La qualité de vie en version populaire, liée aux vertus climatiques, correspond à un piètre portrait social en version rigoureuse.

Partager

Icona de pantalla completa