Langue

La fête de Sant Jordi, jour du livre et de la rose, a comporté cette année à Figueres un événement carnavalesque qui a débouché sur un véritable incident municipal. Jeudi matin, dans les premiers moments de la fête, la police municipale a retiré, sur la rambla de la ville, un montage photographique qui montrait un corps d’homme quasi-nu, font le visage était celui du maire, Santi Vila. Ce montage, installé sur un stand de l’association écologiste « Institution Altempordanesa pour la Défense et l’Étude de la Nature », avait une vocation critique envers le maire, en raison de ses récentes positions concernant le changement du lieu de construction de la gare de trains conventionnels, différenciée de celle du TGV. Suite à cet incident, onze membres des associations « Sauvons l’Empordà » et « Défendons le Train », ajouté à des éléments des jeunesses du parti politique Esquerra Republicana de Catalunya (ERC) ont été invités à déclarer auprès de la police municipale, pour délit d’injures. L’emsemble des militants s’y est refusé, mais cette affaire a été renvoyée devant les tribunaux. Sur l’affiche incriminée, le maire de Figueres, membre de Convergence Démocratique de la Catalogne (CDC), apparaissait avec un petit canard qui masquait ses parties intimes.

Partager