Langue

Le journal britannique Financial Times, fortement penché sur les affaires du monde, évoque le processus sud-catalan d’émancipation territoriale, dans son édition du 25 octobre, en indiquant que le président du gouvernement catalan, Artur Mas, « disposera de légitimité démocratique pour convoquer un référendum ». Cette consultation est attendue après les élections anticipées du 25 novembre en Catalogne du Sud, vouées à renouveler l’assise de la coalition de centre-droit au pouvoir, Convergence et Union (CiU), ouvertement souverainiste depuis quelques mois. Pour le Financial Times, « La Catalogne regarde l’Ecosse pour s’en inspirer » et pourra compter sur le soutien d’une « bonne partie de la gauche catalane, qui reconnaît le droit à l’autodétermination ».

Le souverainisme monte à 57 %

Ce soutien international à la cause catalane, passée de la revendication historique et identitaire à la réclamation de justice économique envers le système fiscal espagnol, est simultané à la publication de chiffres qui confirme les dernières tendances. Selon le « baromètre préélectoral » de l’institut Gesop, 57 % des Catalans du Sud sont favorables à la transformation de la Communauté Autonome de Catalogne, selon le statut conféré par la Constitution espagnole, en Etat de l’Union européenne. Parallèlement, le scrutin du 25 novembre devrait conforter CiU, entourée d’un pôle souverainiste composé de la Gauche Républicaine de Catalogne et d’Initiative pour la Catalogne-Les Verts.

67% des patrons de PME-PMI, indépendantistes

L’influence cruciale des décideurs économiques dans le processus en cours reçoit une indication nouvelle, également dévoilée le 25 octobre. Le puissante syndicat des PME-PMI de Catalogne, PiMEC, soutient à 84 % une consultation sur l’autodétermination, et approuve à 66,8% la création d’un Etat catalan, selon une étude interne effectuée auprès de 2224 adhérents. Enfin, 60 % des participations à ce sondage affirme ne pas craindre un éventuel boycott des produits catalans dans le reste de l’Espagne.

Copia el fragment de codi