Langue
La Clau
Le débat sur l’interdiction du voile intégral gagne toute l’Espagne
Langue

Le débat sur les symboles religieux en territoire espagnol, illustré vendredi dernier par l’interdiction partielle du voile intégral à Lleida, ville à majorité socialiste, fait tâche d’huile. Plusieurs villes catalanes, dont Cunit, Reus, El Vendrell, Tarragona, Tàrrega et Cervera, à forte population immigrée, étudient l’éventualité d’emboîter le pas de Lleida. Or, ces propositions, tantôt formulées par la coalition catalane Convergence et Union, le Parti des Socialistes de Catalogne (PSC), le parti d’extrême droite Plataforma per Catalunya ou le droitier et jacobin espagnol Partido Popular (PP), influencent désormais Madrid. En effet, la présidence du PP en Catalogne, Alicia Sánchez-Camacho, présentera très prochainement au Sénat une motion d’opposition à la burqa et au niqab musulmans, pour l’ensemble des 17 communautés autonomes que compte l’Espagne. Dans cette stratégie globale, le Partido Popular entend acculer le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol de José Luis Rodríguez Zapatero, partenaire du PSC. Si le socialisme catalan, largement penché sur le sujet, hésite sur le voile intégral en Catalogne, ce débat de société affleure à peine au sein du socialisme espagnol. Selon Mme Sánchez-Camacho, M. Zapatero n’a pas entrepris de « politiques d’immigration claires et ambitieuses ».

Partager