Langue

Après plusieurs années d’hésitations, l’Etat andorran a fini par céder aux réclamations européennes en matière bancaire. Le petit pays des Pyrénées a signé ce vendredi 12 février un accord avec l’Union, afin de programmer la levée intégrale de son secret bancaire à compter de 2017. Cette mesure destinée à éviter l’évasion fiscale de ressortissants européens, au travers de comptes non déclarés, doit permettre aux Etats membres d’échanger avec la principauté des données relatives aux noms, adresses, dates de naissance et données fiscales de détenteurs. Des «informations sur le bilan» des comptes seront également communiquées, afin que les contrevenants ne puissent plus dissimuler des actifs et sommes perçues en Andorre. La signature de cet accord, à Bruxelles, a mobilisé le commissaire des Affaires économiques de l’Union européenne, Pierre Moscovici, et le ministre des Finances andorran, Jordi Cinca Mateos. «La transparence est la clé pour garantir que chaque gouvernemeent puise percevoir ses revenus légitimes et que chaque citoyen paie ce qu’il doit», a souligné le commissaire français.