Langue

Le premier groupe de réflexion des Pyrénées-Orientales créé sur le modèle anglo-saxon est lancé ce mercredi à Perpignan. Baptisé « Opencat », ce « Think Tank » constate un « désenchantement démocratique » et souhaite participer à l’ébauche de l’espace « eurocatalan », du Roussillon jusqu’à l’agglomération de Girona. De l’aveu de son président, le Perpignanais Vincent Dumas, Opencat souhaite rassembler la « génération de l’Euro et de l’Europe, qui considère Barcelone à l’égal de Paris ». A 33 ans, ce nouvel acteur de la vie publique du Pays Catalan enfonce le clou générationnel, en ne concevant aucune « barrière psychologique » entre les plaines du Roussillon et de l’Empordà. Les premiers travaux du groupe, consultables sur www.open.cat, abordent l’incontournable sujet du TGV Perpignan-Barcelone, qui « ne suffit pas » et mérite un « réseau secondaire », organisé comme un métro reliant les communes de l’espace Perpignan-Girona, dont la population atteint 1,2 million d’habitants. Ce cercle, émanation de la direction du magazine La Clau, évoque un « nouveau monde » consacré par l’atténuation de la frontière du Perthus et analyse le besoin de porter de 36 à 92 communes la communauté d’agglomération Perpignan-Méditerranée.

Partager

Icona de pantalla completa