Langue

Alors que les élections cantonales des 20 et 27 mars prochains sont déjà lancées dans les Pyrénées-Orientales, la prochaine assemblée qui remet en jeu sa présidence est pourtant l’Agglomération Perpignan-Méditerranée. Candidat à sa propre succession Jean-Paul Alduy devrait être réélu sans trop de suspens, lors du conseil d’Agglomération de ce vendredi 14 janvier. Si l’issue du scrutin semble acquise, le président sortant n’ayant pour l’instant aucun adversaire déclaré, 2011 réserve toutefois son lot de nouveautés pour l’hémicycle du quartier Saint-Assiscle de Perpignan. En effet, avec une présidence assumée en continuité par le sénateur et premier adjoint de la mairie de Perpignan, l’agglomération du Roussillon a considérablement grandi depuis sa création, il y en dix ans, passant des locaux devenus exigus de l’Espace Méditerranée, en bordure du fleuve de la Têt, au nouveau siège faisant face à la galerie commerciale El Centre del Món.

En 2010, l’assemblée comptait 107 délégués communautaires, soit 1 pour 2104 habitants, ce qui situait Perpignan-Méditerranée Communauté d’Agglomération (PMCA) dans la moyenne française, de 2100 habitants par délégué en 2009. L’Agglo version 2011 accueille la ville de Cabestany, en dépit de la farouche opposition de son maire, Jean Vila, et les neuf communes de l’ancienne communauté de communes du Rivesaltais-Agly. PMCA frise ainsi 250.000 âmes, pour 140 délégués, soit 1 pour 1785, une sur-représentativité soulignée par la conseillère municipale d’opposition perpignanaise Clotilde Ripoull, membre du Mouvement Démocrate. Par ailleurs, si l’actuel président souhaite plus de délégués et de vice-présidents, il les voudrait probablement plus assidus, tant certain(e)s brillent par leur absence. Ces délégués sont pour l’instant choisis au sein des conseils municipaux, mais ce procédé est questionné par le Comité Balladur, en charge de la réforme des collectivités locales, qui propose l’élection directe des délégués communautaires, lors des élections municipales de 2014. Cette même année est prévue, pour la première fois, l’élection des « conseillers territoriaux », qui cumuleront les fonctions des conseillers généraux et régionaux : tout un programme.

Partager