Langue

Dans son numéro de printemps-été 2011, le magazine de mode français Purple Fashion a publié une série de photographies en noir et blanc montrant l’actrice et mannequin Laetitia Casta dans des positions explicites. Ces clichés du photographe américain Terry Richardson, inventeur du style « porno chic », ont été pris à Paris, dans le jardin des Tuileries, où cinq statues d’Aristide Maillol ont tenu lieu de partenaires involontaires de la beauté de 36 ans. Enlaçant ou chevauchant les sculptures « La montagne », « Trois nymphes », « La jeune fille allonée », « La rivière » et « Flore, oeuvres de l’artiste de Banyuls-sur-mer, Laetitia Casta provoque indirectement, en 2014, une amende de 100.000 euros à l’encontre de la publication, au titre de dommages et intérêts à verser aux héritiers du sculpteur. Un jugement prononcé par le tribunal de grande instance de Paris le 17 janvier 2014, mais seulement révélé le 7 mars, a ainsi donné gain de cause aux ayants de Maillol, Bertrand et Serge Olivier Lorquin, qui se sont déclarés choqués. Selon la justice, les photographies incriminées sont des « actes de contrefaçon » qui contiennent des « poses explicitement érotiques voire sexuelles » de l’égérie de Jean-Paul Gaultier. Celle-ci, d’après le jugement, apparaît « la tête renversée en arrière et la bouche entrouverte, dans une attitude érotique », posant sa main sur la fesse de l’une des « Trois nymphes » ou tournant le dos à « Flore », oeuvre « à laquelle, cambrée, elle présente son postérieur ».