Langue

Le centre pénitentiaire de Perpignan, dont la surpopulation dépasse les 200 % pour les adultes, est désormais atteint du même mal en ce qui concerne les mineurs. Alors que seulement 12 cellules leur sont réservées, avec obligation légale de les loger individuellement, ce sont actuellement 18 mineurs qui sont incarcérés, selon les informations fournies ce lundi matin par le syndicat Union Fédérale Autonome Pénitentiaire (UFAP). Son secrétaire territorial en Pays Catalan, Johann Reig, nous a fait part d’une forte inquiétude du personnel, qui a reçu deux nouveaux mineurs ce dimanche puis un autre ce même lundi. Ce dernier « dormira ce soir par terre », faute de place, d’après le syndicaliste. Face à de possibles tensions inhérentes à la promiscuité chez les jeunes, l’UFAP invite les autorités à redéployer les moyens sur le territoire français pour cesser de « surcharger » Perpignan, car « des places sont disponibles ailleurs », dans des prisons dont les quartiers de mineurs ne font « jamais le plein ». M. Reig s’inquiète également au sujet de la scolarisation des mineurs, car l’école abritée entre les murs de la prison de Perpignan ne peut en accueillir que six, ce qui oblige à « réduire le temps de scolarité de chacun » pour offrir une chance à tous.

Partager