Langue
La Clau
La sécurité sur les plages menacée en Pays Catalan par le départ de 16 CRS
Langue

La réorganisation des compétences territoriales françaises entraînera dès 2010 une réduction du nombre de CRS, affectés par l’Etat, sur les plages des Pyrénées-Orientales, voire leur disparition. Pour le seul, territoire, un rapport dévoilé cet hiver par Michèle Alliot-Marie, alors ministre de l’Intérieur, fait état du retrait de 16 agents, réaffectées à d’autres tâches. Cette redistribution de responsabilités pose aux communes le problème de la couverture du territoire littoral face à l’affluence touristique, maximale sur les plages sablonneuses, d’Argelès au Barcarès, alors que l’actualité s’illustre sporadiquement par des faits de noyade, dont la dernière, survenue le 26 juin au Bocal du Tech, près de la commune d’Elne, a concerné une femme de 60 ans. Après qu’en juin Mme Alliot-Marie ne revienne sur la réforme en confirmant la réaffectation des CRS, invités à se centrer sur « la tranquillité publique et la lutte contre la délinquance », un premier relais est pris cet été en Pays Catalan par une dizaine de personnes rattachées à la Société nationale du sauvetage en mer (SNSM), tandis que certaines communes, dont Argelès, emploient du personnel municipal. Mais la difficulté du nombre se manifeste parfois par la protection de plusieurs milliers de personnes pour un seul surveillant.

Partager

Icona de pantalla completa