Langue

Les jeunes filles de 15 à 18 ans ont droit à une contraception anonyme depuis la promulgation d’un décret, le 31 mars, faisant suite à un engagement de campagne de François Hollande, dans le sens d’une réduction des interruptions volontaires de grossesse chez les mineures. Dans un rôle de doublon, mais en communication, la Région Languedoc-Roussillon a lancé un « Pass’contraception », au nom de « l’égalité des chances », ce 28 mai, comme le précise un dossier complet. Dans les Lycées Lurçat et Arago de Perpignan, ou Déodat de Séverac à Céret, García Lorca à Théza et Renouvier à Prades, comme dans l’ensemble régional, un chéquier permet d’accéder à un suivi médical et à des contraceptifs. Chaque coupon permet de consulter un professionnel de la santé, remboursé par la Région. Ce procédé, qui comprend une prise de sang, s’adresse aux garçons et aux filles, mais seules ces dernières se voient remettre la pilule classique, pour une « contraception choisie ».

Un budget pour la « vie affective »

Au risque de l’intrusion, cette formule intervenant dans le contexte économique fragile du périmètre régional s’inscrit dans un investissement de « plus de 220.000 euros, en 2012, dans le domaine de la vie affective et sexuelle des jeunes ». Sur le modèle de la Région Poitou-Charentes sont mobilisés les référents santé des lycées, les médecins généralistes, les sages-femmes, les gynécologues, les laboratoires de biologie médicale et les pharmacies, afin de déployer le Pass’contraception.

Partager

Icona de pantalla completa