Langue

La mairie de la ville de Lleida, qui fait partie du groupe des quatre capitales de province de la Catalogne du Sud, a refusé ce vendredi la construction d’une grande mosquée. Ce projet, réclamé par une association musulmane, « Watani » (ma patrie), a été décliné au motif d’un dossier technique peu adapté, « autant dans la forme que dans le fond”, et présenté en dehors des délais impartis, selon une déclaration municipale. Un terrain situé dans la zone industrielle « El Segre » de Lleida, est pourtant réservé pour accueillir la forte communauté musulmane de la région, composée de 11.000 fidèles dans la seule ville principale. Imaginée pour satisfaire 1000 fidèles, cette future mosquée annoncée depuis 2007 a même fait l’objet d’une demande de subvention auprès de Mohamed VI, roi du Maroc, à la fin du mois de mai. Les autorités d’Algérie, du Qatar, d’Arabie Saoudite, de Lybie, ou encore de Bahreïn, ont également été sollicitées, afin de boucler le financement d’un monument dont le pré-projet atteint 973.000 euros. Cette intention budgétaire entre en ligne de compte dans la considération du projet, plutôt négative, que lui portent les décideurs politiques catalans.

Les tergiversations de la mairie de Lleida, dirigée par le socialiste Àngel Ros, ne rassurent pas les Musulmans de la ville. Le premier magistrat est d’ailleurs pressenti comme le prochain candidat socialiste aux élections du gouvernement de Catalogne, prévues en 2014, en vertu de prises de position singulières. Il est en effet le seul maire socialiste d’une ville importante, en Catalogne et en Espagne, ouvertement opposé à la burqa musulmane. Un décret municipal d’interdiction du voile intégral, énoncé en 2010, a d’ailleurs définitivement validé le 8 juin par le Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne. Par ailleurs, un phénomène intégriste a été détecté dans la ville, avec pour résultat la fermeture de l’ancienne mosquée, tandis que la plupart des chefs d’entreprise qui travaillent dans ladite zone industrielle ont exprimé plusieurs leur opposition à l’installation d’une mosquée à proximité de leur lieu de travail.

Partager