Langue

Les graves incidents survenus dans la nuit de dimanche à lundi Lloret de Mar, lors de la confrontation de quelques 400 jeunes touristes aux forces de police, font réagir les autorités municipales. Ces faits aux allures d’émeutes, dont une vidéo amateur témoigne de l’ambiance, mobilisent le maire de la ville, Romà Codina. Ce mardi, en conférence de presse, le premier magistrat a déclaré son intention de se séparer du profil touristique « qui se saoule, dorn dans sa voiture, et part le lendemain ». Partisan de la « tolérance zéro », M. Codina a imputé sans détours cette caractéristique aux jeunes Français de passage dans la cité balnéaire, dont les 40.000 habitants confèrent la position de deuxième ville de la province de Girona. Parmi les mesures envisagées par l’équipe municipale figure la réduction des horaires d’ouverture des discothèques et un contrôle accru de la qualité des alcools servis dans les bars.

Cette politique restrictive envers les dérives nocturnes du tourisme ne devrait être effective que l’été 2012, dans le cadre d’une refonte du modèle touristique de Lloret de Mar, dangereusement penché vers le tout-venant. Pour sa part, le ministre-conseiller de l’Intérieur du gouvernement catalan, Felip Puig, déclarait parallèlement que la question de l’amplitude horaire des lieux récréatifs, posée à Lloret, serait traitée par ses services en septembre. Selon lui, un dispositif global pourrait ainsi être mis en place dans l’ensemble des sites sensibles sud-catalans, afin de résorber les conflits suscités par des touristes venus pour « y faire ce qu’ils n’osent pas faire chez eux ». La police catalane, les Mossos d’Esquadra, sera « de plus en plus intraitable » à ce sujet, selon ses déclarations, effectuées dans une certaine urgence.

Partager