Langue

Le débat sur le voile intégral musulman, traduisible sous forme de loi, interpelle le député UMP, vice-président de l’Agglomération Perpignan Méditerranée et maire du Soler, François Calvet, qui vient de saisir l’Etat. Dans un courrier adressé à la ministre de la justice, Michèle Alliot-Marie, le député questionne le « projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public ». Argumentant que les processions de la Sanch, qui regroupe au total pas moins de 600 membres à Perpignan, Collioure, ou encore Bouleternère et Arles sur Tech, sont célébrées le jeudi ou le vendredi saint « depuis 1416 », le député de la vallée de la Têt défend cette « partie intégrante de la tradition séculaire catalane », permanence hispanique danns les Pyrénées-Orientales. Pour François Calvet, les cortèges traditionnels, constitués « caparutxes (…) revêtus de cagoules », sont théoriquement menacés par le dispositif à l’étude. L’élu, qui a révélé cette correspondance ce mardi soir, précise que le projet de loi concerné contient la formule « l’interdiction édictée à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite par une loi ou un règlement, (…) ou si elle s’inscrit dans le cadre de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles ». Il souhaite connaître le sentiment de la ministre face « aux pénitents de la Sanch encagoulés ».

Partager