Langue
La Clau
Victoire finale du préfet Bousiges contre C. Blanc, ancien maire des Angles
Langue

En novembre 2008, le préfet des Pyrénées-Orientales, Hugues Bousiges, avait provoqué la colère du maire des Angles et conseiller général, Christian Blanc. Le représentant de l’Etat avait estimé : « M. Blanc a une attitude irresponsable, suicidaire, il skie hors-piste et risque même de provoquer une avalanche ». Cette phrase s’insérait dans une réflexion sur l’avenir économique du réseau des Neiges Catalanes, globalement soumis à des difficultés financières. L’édile, sans étiquette, avait porté plainte pour « Injures publiques à un citoyen chargé d’un mandat électif » et « diffamation publique envers un citoyen chargé d’un mandat public ». Le préfet avait été relaxé en mai 2010, par le tribunal correctionnel de Toulouse, mais un recours déposé par M. Blanc avait donné lieu, en décembre 2012, à un revirement. Le préfet avait été condamné par la cour d’appel de Montpellier.

Une affaire close, pour « absence de base légale »

Deux ans plus tard, l’affaire se conclut par une victoire d’Hugues Bousiges, désormais retraité, après avoir occupé la fonction de préfet du département du Gard. Ce 12 juin, ce dernier nous transmis en son nom propre un arrêt de la cour de Cassation de Paris, prononcé le 3 juin. Suite à une audience publique tenue le 8 avril, la cour estime que la phrase préfectorale s’est terminée par une « métaphore teintée d’humour » adoucissant ses premier mots. La justice évoque cependant une « invective », mais en exclut toute mauvaise intention. Ces longues conclusions sont complétées d’un communiqué rédigé par l’ancien préfet. Celui-ci reprend le déroulé judiciaire depuis 2008 et insiste sur la conclusion définitive de l’affaire, « sans renvoi et pour absence de base légale ».

Partager

Icona de pantalla completa