Langue

20 jours après l’éclosion de la gale en Pays Catalan et après une accalmie officielle dans sa progression, ce sont en réalité 26 cas qui sont recensés sur le territoire. Après le lycée Notre Dame de Bon-Secours de Perpignan, désormais, le lycée Charles Renouvier de Prades, d’où la gale se serait diffusée, le Lycée Jean Lurçat de Perpignan de Perpignan et le Lycée professionnel Claude Simon de Rivesaltes seraient concernés, selon les témoignages des lecteurs de La Clau. Le développement de cette affection est suffisamment inquiétant pour que l’Inspection Académique des Pyrénées-Orientales se fende d’un communiqué, hier, dans lequel d’informer et de rassurer les parents. Se défendant de la présence d’une épidémie, l’Education Nationale et la Direction Départementale des Affaires Sanitaires et Sociales oeuvrent pour réduire le nombre de cas. Le traitement de la gale est efficace et rapide, mais la période d’incubation, de 30 jours, tend à compliquer l’appréhension du nombre de cas. Il est ainsi recommandé aux élèves des établissements du Pays Catalan d’observer une hygiène renforcée en se lavant les mains régulièrement et en n’échangeant pas leurs vêtements. La propagation de la maladie serait due à un élève pradéen fréquentant de nombreux Perpignanais.

Partager