Langue

La ville de Salt, située dans l’agglomération de Girona, applique les premières mesures de réduction de ses déséquilibres communautaires, illustrés à plusieurs reprises. La dernière fois, fin février, des groupes de personnes immigrées et autochtones se sont opposés verbalement, presque physiquement, dans un climat d’insécurité croissante dans la ville, qui comporte 30.000 habitants et a vécu de rapides changements démographiques depuis 2000. La Mairie de Salt a obtenu dès le mois de mars des renforts de Mossos d’Esquadra, agents de la police gouvernementale catalane, pour anticiper les problèmes latents du centre-ville, où est concentré l’essentiel de la population immigrée. Cette mesure a déjà permis une réduction de 25% du nombre de délits, en particulier les vols «dans les domiciles, les usines et les commerces», selon Joaquim Belenguer, chef de la région policière de Girona. La mairesse de Salt, Iolanda Pineda, pour lequelle l’augmentation du nombre de « Mossos » n’est pas l’unique solution à la problématique locale, prône un nouveau une nouvelle planification urbaine, qui permette de renforcer les équilibres sociaux. Dans ce sens, Salt a lancé des démarches auprès des gouvernements catalan et espagnol dans le but de trouver des financements et résoudre définitivement la situation, qui a suscité une médiatisation négative de la ville.

Partager

Icona de pantalla completa