Langue

Face à des dangers réels, la collecte des « déchets d’activités de soins à risques infectieux » (DASRI), notamment des seringues, produits par les particuliers du Pays Catalan, s’accélèrera en 2010. Le territoire, où 18 tonnes de déchets sont annuellement produites par les seuls patients insulinodépendants, résidant pour l’essentiel à Perpignan et sur la Côte Radieuse, comprend 33.000 personnes en « auto traitement injectable », soit 7% des habitants, pour une moyenne française de 5%. En vue de mettre fin aux dangers d’infection chimique et toxique représentés par ces déchets en liberté, qui finissent à 60% dans les ordures ménagères et à 6% dans les circuits de recyclage traditionnels, avec un risque pour les professionnels du tri, l’Association « Déchets de Soins 66 » lance un programme d’éducation aux bon reflexes des personnes atteintes de diabète, d’hépatites, de sclérose en plaques ou encore de troubles thromboemboliques. Pour stopper la menace des seringues, dans la cadre d’un programme voué à offrir aux particuliers des circuits appropriés, à l’image des professionnels, les malades disposent depuis 2007 de boîtes appropriées, disponibles dans les pharmacies des régions Haut-Vallespir, Albères et Côte Vermeille, avant une couverture étendue à l’ensemble du territoire.

Partager