Langue

Une information diffusée le 20 avril dans le journal télévisé de la chaîne publique Telemadrid, diffusée dans la région autonome qui entoure la capitale de l’Espagne, ouvre une polémique en Catalogne du Sud. En effet, cette séquence au rythme publicitaire assimile le processus indépendantiste catalan au nazisme, en comparant le président catalan, Artur Mas, à Adolf Hitler. En introduction, un commentaire au ton convainquant indique : « la perversion du langage, créée par la propagande stalinienne et perfectionnée par les nazis, s’articule et prend désormais le pas sur nous-mêmes, à notre insu ». Cette séquence, qui présente un parallèle entre le Pays Basque et les méthodes de l’organisation terroriste ETA, enchaîne des images d’archives à fort impact émotionnel, sur lesquelles apparaissent le Führer, le Petit père des peuples et un commando armé.

Le catalan, langue imposée

Le vocabulaire officiel déployé par l’exécutif catalan est dénoncé par Telemadrid, à l’image du « droit à décider », qui illustre la consultation sur la souveraineté catalane envisagée pour 2014, que Telemadrid estime être une « rupture ». Sur ce même principe, la « normalisation linguistique » engagée en 1983 par le gouvernement catalan dissimulerait en réalité, selon le reportage, une « imposition du catalan ». Le 2 mai, le ministre-conseiller de l’Intérieur du gouvernement catalan, Ramon Espadaler, estimait « recevable en justice » cette séquence qui « dépasse les limites », selon son avis. En revanche, le gouvernement espagnol et la Communauté autonome de Madrid, institution propriétaire de la chaîne, n’ont exprimé aucune réprobation à l’égard du reportage.

Reportage de Telemadrid, « Imposition et perversion au langage ».

Partager