Langue

Ce jeudi est journée « santé morte » chez les libéraux de la santé du Pays Catalan, selon un mot d’ordre lancé partout en France. Le vice-président du Syndicat des Praticiens de l’Art Dentaire des Pyrénées Orientales, Olav Apelt, juge son métier « malmené » car la loi « Hôpital Santé Patient et Territoire » de juillet 2009 instaurerait une « étatisation » du système de santé. Refusant des « soins à l’Anglaise », ce chirurgien-dentiste perpignanais dénonce les « taxes » et « contraintes inacceptables », renforcées par la « Loi de financement de la sécurité sociale pour 2010 ». Par sa voix, le syndicat s’oppose aussi aux Schémas régionaux d’organisation sanitaire (SROS), qui conduiraient à la « perte de la liberté de choix du professionnel de santé par le patient », à cause d’une « dérive étatique ». Alors même que le Roussillon ne dispose pas de cursus de formation dentistes, une faculté d’odontologie, annoncée le 24 février, ouvrira en 2012 dans la région de la Cerdagne. Une convention liant l’Hôpital de Puigcerdà et les Universités de Vic et Paul Sabatier de Toulouse, rendra possibles des études universitaires dentaires à Puigcerdà, sur un cycle de 5 ans disposant de 50 à 80 places à chaque niveau, soit un total de 400 étudiants.

Partager

Icona de pantalla completa