Langue

Ce vendredi 21 mai, le Conseil constitutionnel, saisi par 60 députés de la République en Marche et par le ministre de l’Éducation, Jean -Michel Blanquer, a bridé la loi Molac sur les langues régionales, adoptée le 8 avril par une immense majorité des députés à l’Assemblée nationale. Cette procédure menace l’enseignement en immersion, notamment du catalan, selon la formule déployée depuis 1976 par La Bressola. Par communiqué, l’Association pour l’Enseignement du Catalan (APLEC) titre “Le Conseil constitutionnel décide d’euthanasier les langues régionales” et invite “tous ceux qui aiment le catalan appellent à manifester samedi 29 mai à 15h place de Catalogne à Perpignan”, contrer une “décision inique, inepte et antidémocratique”.

« Un État profond qui bâillonne les langues historiques »

Pour sa part, Oui au Pays Catalan dénonce une “censure de notre identité” et s’interroge : “Où va cette République qui ne donne pas la priorité aux identités de son territoire ?”. Le mouvement pour la décentralisation, présent aux élections départementales en coalition avec la formation Agissons, pointe du doigt un “État profond” qui “souhaite bâillonner les langues historiques de France, dont le catalan, qui est parlé depuis 11 siècles. Au profit de quelles cultures ?”.

Partager