Langue
Le 11 juin 2017 est une date significative en matière de tourisme en Pays Catalan, car elle correspond au cinquantenaire de l’arrivée du paquebot Le Lydia sur la plage du Barcarès. Cet échouage volontaire, opération minutieuse menée à terme le dimanche 11 juin 1967, a transformé ce navire en premier «immeuble» de la nouvelle station balnéaire de Port-Barcarès. Le sénateur-maire d’Argelès-sur-mer, Gaston Pams, a personnellement accompagné cet ensablement. Le navire, construit au Danemark en 1931 et baptisé «Moonta», du nom d’une ville australienne, a été exploité comme paquebot de croisière, avant d’être renommé «Lydia» et de devenir l’emblème de Port-Barcarès.

En 1963, sous De Gaulle, la Mission Racine

L’arrivée du Lydia, symbole de la civilisation et de l’économie des loisirs, substitut de la pêche traditionnelle, a promu le village du Barcarès en destination estivale pour populations du Nord. Ce changement s’est inscrit dans le cadre de la Mission Racine, lancée en 1963 sous la présidence du général De Gaulle. Cette mission interministérielle d’aménagement touristique du littoral a induit de grands travaux visant à inventer Port-Barcarès et Saint-Cyprien-plage, pour retenir en Roussillon le flux touristique français fuyant en Catalogne du Sud et en Espagne, surtout sur la Costa Brava. Le Lydia, devenu restaurant, boîte de nuit et casino, changeant plusieurs fois de propriétaire, a été racheté en 2011 par la mairie du Barcarès, pour 1,6 million d’euros. Il abrite actuellement l’office de tourisme municipal et des expositions variées.