Langue

Lundi 24 août au matin, un pensionnaire du centre de détention de Perpignan a asséné un coup violent dans la porte de sa cellule “pour des raisons inconnues”, nous informe Pierre Gousset, secrétaire territorial du syndicat pénitentiaire UFAP / UNSA. Le prisonnier menaçait de mettre « une balle dans la tête du personnel et de les rafaler, tous ces fils de putes de surveillants », détaille le délégué syndical.

Le personnel a tenté de calmer l’individu et l’a placé en quartier disciplinaire. La nuit précédente, un autre détenu a effectué une tentative de suicide, par “manque de tabac”. Cette accumulation de situations sidérantes incite l’UFAP / UNSA a exiger du gouvernement la création de places en hôpitaux psychiatriques pour “ce type de population qui encombre nos détentions surpeuplées”.

Partager

Icona de pantalla completa