Langue
La Clau
Grève à l’aeroport de Perpignan sur fond de construction européenne
Langue

L’aéroport de Perpignan-Rivesaltes est quasiment au point mort jusqu’à ce jeudi 26 février suite à une grève des personnels de l’aviation civile. Selon la Chambre de Commerce et d’Industrie des Pyrénées-Orientales, les perturbations du trafic sont « importantes », essentiellement sur les « vols en provenance et à destination de Paris ». A l’appel d’une intersyndicale composée de la CGC, FO, la CGT et l’UNSA, les ouvriers, administratifs, techniciens, électroniciens, contrôleurs et cadres de l’aéroport du Roussillon sont invités à cesser le travail en opposition à une disposition de l’Union Européenne préconisant des partenariats transfrontaliers, « pour améliorer les méthodes de travail communes, afin de rendre un meilleur service du contrôle aérien ». Face au choix d’un « modèle fusionnel » globalisé, porté par un organisme nouveau, créé sur plusieurs Etats, ou d’un « modèle coopératif » reposant sur le modèle français complété par des « méthodes communes », les syndicats mobilisés s’opposent à la fusion des services de la France, de l’Allemagne, de la Suisse et du Benelux, qui comprendrait selon eux, une « réduction d’effectifs ». Cet argumentaire, en faisant l’impasse sur l’arrogant aéroport de Girona, situé à seulement 90 km de Perpignan, amplifie de plusieurs centaines de kilomètres la distance psychologique qui sépare les deux plateformes.

Partager