Langue

En 2008, la province de Girona était la première de Catalogne et la deuxième d’Espagne en termes de naissances de nouveaux-nés de mères étrangères, selon une étude de l’Institut National de la Statistique espagnol, (INE) communiquée cette semaine. Dans les détails, sur un ensemble de 9334 naissances répertoriées dans la région, 3356 l’ont été de mamans immigrées, soit 35,95% du total des données globales de l’année. Ce chiffre impressionnant est seulement dépassé par Melilla, l’enclave espagnole au Maroc, qui, à 36,18%, détient le record de l’ensemble du territoire de l’Etat. La raison principale de cette proportion à Girona est le pourcentage élevé de migrants dans la province, placée en cinquième position espagnole en matière d’union matrimoniale comprenant au moins un étranger, soit 28,2%. En outre, l’INE relève une évolution sociale significative, car 44,5% des enfants portés au monde en 2008 l’ont été de mères célibataires, dans une tendance en progression, lente, mais régulière, au fil des années. Dans la région de Girona, la plupart des mariages sont désormais confiés au système civil, à 71%, tandis que 28,6% sont placés sous l’égide de la tradition catholique et le reste, soit une valeur symbolique de 0,4%, sont organisés sous d’autres rites religieux, dont l’islam et l’église évangélique.

Partager