Langue

La mairie de Girona, soucieuse de maintenir une ambiance apaisée dans son périmètre d’action, prépare une mesure polémique. Une nouvelle « ordonnance municipale de civilité », équivalant à un décret municipal français, prévoit en effet des amendes à l’encontre des consommateurs d’alcool ou de tabac sur la voix publique. Si ceux-ci sont mineurs, la sanction s’élève à 300 euros, tandis que les majeurs seront pénalisés à hauteur de 50 à 150 euros. Cette mesure rigoureuse, qui englobe même l’abandon de mégots sur l’espace commun, doit contribuer, sur la lancée des démarches en place à Lloret de Mar, à préserver une certaine harmonie urbaine. Sa mise en place, prévue courant juillet, découle principalement des excès habituels lors des foires de fin d’année, qui débutent fin octobre. A l’instar des férias nord-catalanes de Céret et de Millas, cet avènement festif suscite une consommation d’alcool manifeste chez la jeunesse. Le texte municipal interdit dans ce sens la circulation sur la voie publique de bouteilles de liqueur et celui de substances constituées « totalement o partiellement de tabac », euphémisme relatif au cannabis. Par ailleurs, les commerçants vendant de l’alcool à des mineurs recevront des amendes de 1000 euros, assorties d’une fermeture administrative de leur établissement ou d’un retrait de licence commerciale.

La burka et le niqab, proscrit des bâtiments publics

La mairie de Girona, dirigée par la coalition de centre-droit Convergence et Union (CiU), a également choisi d’imposer un règlement relatif à deux types de signes identitaires musulmans qui font polémique depuis plusieurs années. Il s’agit de deux vêtements féminins, la burka et le niqab, dont le port sera interdit dans les bâtiments publics. Par ce principe, Girona entrera dans la liste des villes sud-catalanes pourvues de dispositifs sur cet aspect, dont les trois autres capitales de provinces, Barcelone, Tarragona et Lleida. En 2012, cette interdiction avait déjà fait l’objet d’un projet municipal à Girona, déposé par le très droitier Partido Popular, avec le soutien de CiU. La majorité municipale socialiste avait d’alors avait débouté cette tentative. En termes exacts, le nouveau texte stipule qu’il sera interdit d’« ‘accéder et de stationner dans les bâtiments publics, locaux ou les équipements municipaux en portant un voile intégral, une cagoule, un casque intégral ou tout vêtement ou accessoire qui empêche ou entrave l’identifie et la communication visuelle ». En outre, la déambulation en maillot ou torse nu sur l’espace public sera sanctionnée, tout comme le camping sauvage. Cette sévère batterie de mesures est contrebalancée par la possibilité, offerte aux propriétaires d’établissements dotés de terrasses, de fermer au-delà de 22h00, horaire en vigueur jusque-là. Celui-ci sera extensible, en accord avec les licences sur mesures accordées par la mairie, notamment lors de dates festives significatives.

Partager