Langue

A l’approche de la saison estivale, le Département de l’Intérieur du gouvernement catalan lance un fichier qui centralise les coordonnées des prostituées et de leurs clients verbalisés sur les routes sud-catalanes. La mise en oeuvre de ce système est contenue dans un décret publié le 29 mai 2012 par le Journal Officiel de la Generalitat de Catalunya, signé par le conseiller de l’Intérieur gouvernemental, Felip Puig. Ce procédé, en vigueur à compter du 6 juin, découle de l’approbation par le Parlement de Catalogne, fin 2011, de l’interdiction de l’exercice de la prostitution routière. La création de ce fichier est une étape supplémentaire à verser au compte de la politique développée par les autorités catalanes pour pénaliser les prostituées et leurs clients, par le biais du Service Catalan de la Circulation. Cependant, la prudence est exigée à cette branche de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, en vertu de la confidentialité des données, dont l’utilisation sera interne. Selon M. Puig, « le début de l’été est la période adéquate » pour lancer ce fichage, inscrit dans la nouvelle loi routière de la Generalitat. En termes concrets, ce texte indique que la présence de prostituées et de leurs clients aux bord des routes constitue une infraction grave, passible de sanctions pouvant s’élever à 30.000 euros. Dans ce cadre répressif, les agents de police devront tenir compte de critères précis, comme la dangerosité des routes et la récidive, de la part des professionnelles du sexe et des consommateurs. Cette mesure peut comporter des conséquences immédiates sur les routes du secteur de l’Empordà, au sein du triangle situé entre les villes de de La Jonquera, Figueres et La Bisbal, où est habituellement exercée la dénommée « prostitution routière« .

Partager

Icona de pantalla completa