Langue

Depuis ce lundi, jusqu’à ce mercredi, plus de 300 pompiers algériens, andorrans et français, sont engagés jour et nuit sur divers sites de la vallée de l’Agly, au Nord du pays Catalan. Ce vaste déploiement dans le secteur du massif des Corbières n’est en réalité qu’un exercice international de sauvetage et de déblaiement, qui simule un tremblement de terre sur cette zone. Pour plus de réalisme, les stagiaires, qui font face à une situation d’effondrement de bâtiments, doivent localiser et dégager des victimes, qui sont des mannequins ou des figurants sapeurs-pompiers. Ce dispositif imposant compte des sections de 33 hommes, divisées en 3 unités, tandis que les unités de déblaiement, composées 5 binômes et d’un chef d’unité, sont secondées par des services de santé et de secours médicaux. Les deux camps de base sont situés à Estagel et à Tautavel, tandis que le poste de commandement se trouve dans la commune de Maury. Le tout est chapoté par le Centre Opérationnel Départemental d’Incendie et de Secours (CODIS) basé à Perpignan, alors que, de leur côté, les hommes du Service Départemental d’Incendie et de Secours (SDIS66) mettent à disposition les moyens indispensables à la vie courante. Si la population peut se rassurer en voyant de telles scènes, l’enjeu est réel pour l’ensemble des stagiaires, car cet exercice, intitulé « P.O. 2011 », sera sanctionné par un diplôme délivré par l’Ecole d’application de la sécurité civile. En outre, la tension est plus forte chez 14 des officiers et sous-officiers français et algériens, dont l’exercice viendra même clôturer la formation.

Partager