Langue
La Clau
Explosif : Madrid veut supprimer l’enseignement obligatoire en catalan
Langue

Le gouvernement catalan a reçu un coup de semonce du gouvernement espagnol, le 3 décembre, à la lecture d’un projet de réforme de la Loi sur l’Education nationale espagnole. Ce texte à l’état d’ébauche prévoit d’extraire la langue catalane du tronc commun dont dispose l’ensemble des élèves, pour une relégation au titre de troisième ou quatrième langue d’étude. L’Etat espagnol, guidé par son ministre de l’Education, de la Culture et des Sports, José Ignacio Wert, affirme que « les institutions publiques garantiront le droit des élèves à recevoir les enseignements en castillan, langue véhiculaire de l’enseignement ». Le passage de la langue catalane au rang de matière optionnelle est ainsi envisagé par ce texte, dans une proportion « raisonnable » avec le castillan. Sur ce principe, les parents pourraient choisir l’une ou l’autre de ces deux langues comme vecteur de communication habituel en classe, au risque de fractures.

Menaces de langue « résiduelle »

Pour Elena Rigau, ministre-conseillère de l’Enseignement catalan, cette volonté exprimée par le gouvernement central constitue la « plus grande attaque contre le catalan depuis 1978 ». Selon elle, ce « changement important » induit une obtention du baccalauréat sans maîtrise du catalan, langue menacée de devenir « résiduelle », suite à une atteinte au modèle d’immersion linguistique de Catalogne. Cette annonce fait suite à une déclaration de M. Wert, qui défendait, en octobre, le souhait de pouvoir « espagnoliser« les enfants sud-catalans. La place accordée par l’Etat espagnol à la langue catalane a cependant fait l’objet de remontrances européennes, en 2008, avant un soutien parlementaire exprimé en 2009, sur la question de l’immersion. Mais le retour du Parti Popular à la tête du gouvernement espagnol a signifié dès 2011 une première remise en question du système éducatif mis en oeuvre en 1983 par le gouvernement catalan.

Partager

Icona de pantalla completa