Langue

En dépit de chiffres du chômage à la hausse, le monde de l’emploi cherche l’amélioration en Pays Catalan. Dans ce sens, la boîte à idées «Fabrique Spinoza» mesure le bonheur au travail. Ce think tank consacré au «bonheur citoyen» aborde les domaines de l’économie et de la politique pour «redonner au bonheur sa place au coeur de notre société», soulignent ses préceptes. Sa correspondante à Perpignan, Virginie Erre, pose la question «Les Catalans sont-ils heureux au travail? et les invite à répondre, sur Internet, via un formulaire à compléter. Les résultats de ce sondage seront traités dans les prochaines semaines par six bénévoles, chargée d’éplucher les réponses à 40 questions, parmi lesquelles «quel est votre degré de satisfaction concernant vos rapports avec votre responsable hiérarchique?», «Le matin, diriez vous que vous êtes heureux d’aller travailler?», «Riez vous durant votre journée de travail?» ou encore «Votre travail contribue-t-il à avoir une bonne opinion de vous même?».

Le Centre de recherche sur les sociétés et environnements méditerranéens (CRESEM) de l’Université de Perpignan a contribué à la mise en place de cette étude. Tout salarié estimé heureux étant plus créatif, plus efficace, moins malades et moins absent, les résultats de cette démarche comportent un intérêt sérieux.

Partager

Icona de pantalla completa