Langue

L’arrestation de trois militants présumés de l’organisation terroriste basque ETA, cette semaine aux confins de la région de Girona et de la Catalogne du Nord, à Portbou et Molló, permet de connaître quelques détails sur les intentions du groupe armé. Ce samedi, le ministre-conseiller de l’Intérieur du Gouvernement catalan, Joan Saura, a assuré face à la presse barcelonaise que le présumé terroriste d’ETA, Faustino Marcos, arrêté mardi à Portbou, avait l’intention de louer un entrepôt à Barcelone ainsi qu’un mas dans la région de Girona, pour constituer un « dépôt logistique ». Cette précision a été fournie par Marcos en personne, lors de son interrogatoire à l’Audience Nationale espagnole. Selon le gouvernement catalan, ETA ne dispose actuellement d’aucune base opérative en Catalogne et n’a pas l’intention d’opérer sur le territoire. Au plan historique, l’organisation basque a produit deux attentats majeurs en Catalogne, dans un supermarché de la chaîne Hipercor, en 1987 à Barcelone, causant la mort de 21 personnes, puis en 1991 dans la ville de Vic, contre une caserne de la Garde civile espagnole. Cet attentat, produisant 10 morts et 44 blessés, en précède un autre, caractérisé par la mort d’un agent de la police catalane, les Mossos d’Esquadra, perpétrée en 2001 à Roses, sur la Costa Brava.

Partager