Langue

Alors que des forêts d’antennes des réseaux de téléphonie mobile coiffent d’innombrables habitations à forte densité en Pays Catalan, l’opposition ne persiste qu’à Villeneuve de la raho, et à Montesquieu. Précédemment, une réunion entre l’association Un Mât pour les Ondes, établie à Villeneuve, et le député-maire de la ville voisine de Pollestres, Daniel Mach, a suscité dans nos pages, le 25 septembre, une réponse détaillée de Jacqueline Irles, députée-maire de Villeneuve, contre laquelle se portent les griefs de l’association. Mais dans une réponse à la réponse, rédigée dimanche, les militants ironisent sur l’élue, qui fait, selon eux, « passer un message de joie (…) sous les antennes ». Consciente de l’enjeu politique encouru par Mme Irles, qui brigue actuellement la présidence de l’UMP des Pyrénées-Orientales, l’association accuse celle-ci de « défendre le lobby des opérateurs » de téléphone. Dans ce dossier épineux, les adhérents mettent en cause le « courage politique » de leur maire, qu’ils enjoignent à certifier par écrit que les 25 antennes fixées sur le château d’eau de leur commune, dont 6 exemplaires de 5500 watts chacun utilisés par le seul opérateur Orange, à 200 mètres des écoles, sont d’une « innocuité totale ».

Partager

Icona de pantalla completa