Langue
La Clau
En Roussillon, des véhicules-espions traquent les fausses plaques d’immatriculation
Langue

Les forces de gendarmerie des Pyrénées-Orientales sont engagées depuis plusieurs semaines dans une opération pilote en France. Un procédé électronique, qui vise à détecter d’éventuelles fausses plaques d’immatriculation, est installé sur deux véhicules, présents en plaine du Roussillon. Incorporé aux gyrophares des voitures, dont l’aspect classique n’éveille pas la crainte des automobilistes, ce système permet de déterminer les situations d’infractions en transmettant les données des plaques aux fichiers nationaux. Décryptées automatiquement par une caméra qui fonctionne à 360°, couplée à un scanner qui interprète les chiffres et les lettres, les données occasionnent un résultat très rapide. Une intervention des forces de gendarmerie est alors possible auprès des conducteurs de véhicules volés, repérés à l’arrêt, ou dans les flux de circulation.

Ce procédé, d’un coût de 17.000 euros à l’unité, permet aussi de relever très officiellement, les enregistrements vidéo faisant foi, les infractions au code de la route habituelles. Aux deux véhicules espions déjà en circulation sur les routes du Pays Catalan, principalement en plaine du Roussillon, s’ajoutera un troisième dans les prochaine semaines. Cette opération, à caractère pilote dans l’hexagone, est amenée à être généralisée à l’ensemble du territoire français. A moyen terne, ce système de surveillance, qui utilise les nouvelles technologies, concernera aussi les véhicules de la police nationale.

Partager