Langue

Les effets de la crise économique se portent sur le moral dans le monde occidental, faute de perspectives nettes, mais les difficultés économiques ont aussi une incidence sur la sexualité. La libido des Espagnols est affectée, avec pour signes un réduction de la fréquence des rapports sexuels mais aussi de leur qualité. Ce constat est révélé par une Etude sur la satisfaction sexuelle effectuée dans sept pays européens par les laboratoires pharmaceutiques Pfizer, auprès de 6249 hommes et femmes de 36 à 65 ans. La conclusion transmise fin novembre par cet opérateur intéressé, qui commercialise le Viagra, vient à démontrer un lien entre la crise économique et une baisse de l’activité sexuelle, qui concernerait 34 % des Espagnols. Ceux-ci font désormais moins l’amour, à hauteur de 1,7 fois par semaine, pour une durée de 20 minutes par rapport, tandis que la moyenne européenne est établie à 1,6. Cet indice signale une baisse en comparaison aux données relevées en 2010, lorsque les citoyens espagnols affirmaient consacrer deux heures hebdomadaires à l’amour physique, pour 34 minutes selon la moyenne actuelle. Cette même enquête menée en France fixe à seulement 10 % l’impact de la crise sur les individus, tandis que le record européen est identifié en Italie, où le temps réservé à la sexualité atteindrait 1,8 rapports par semaine.

Partager