Langue

Le 11 février 2007, un accident similaire au drame survenu dimanche dans la région de la Cerdagne s’est produit au même endroit, lorsqu’un car andorran qui transportait une quarantaine de Britanniques s’est renversé au bord de la RN320. Neuf passagers avaient été blessés, et une plaque de verglas avait été mise en cause. Mais le dernier accident pourrait être dû à une erreur humaine, occasionnant depuis ce lundi la garde à vue du chauffeur du véhicule, âgé de 61 ans. Cet accident, qui a tué deux personnes et en a blessé gravement deux autres, a affecté un car carcassonnais, de retour de quelques heures de tourisme commercial en Andorre. Il avait quitté quelques minutes plus tôt le hameau du Pas-de-la-Casa, situé dans la paroisse d’Encamp, apprécié par la clientèle française. Selon Dominique Alzeari, procureur-adjoint de Perpignan, aucune « insuffisance technique » n’est signalée, et la raison de la chute du véhicule en contrebas de la route reste « à déterminer ». Ce mardi, le parquet ouvre une information judiciaire pour «homicides involontaires, blessures involontaires et défaut de maîtrise» à l’encontre du chauffeur, qui était sobre et circulait à vitesse normale, mais aurait éventuelle été victime d’un endormissement passager. Des nappes de brouillard et un vent soutenu étaient présents sur les lieux au moment du drame.

Partager