Langue
La Clau
Disparues de la gare Perpignan : un suspect attiré par les jeunes femmes
Langue

Après l’interpellation, mardi 14 octobre, d’un suspect dans l’affaire des disparues de la gare de Perpignan, une source policière dévoile le profil de cet individu. Ce quinquagénaire arrêté par la police judiciaire (PJ) et transféré à Montpellier est originaire du village picard de Hailles. Libéré en juillet dernier après neuf mois d’incarcération suite à des menaces de mort répétées envers sa compagne, il s’avère être actif sur Internet. Les enquêteurs s’attachent à identifier ses traces répandues sur les réseaux sociaux, où ses messages le présentent comme « père de famille avec des enfants », qui « cherche l’amour avec une femme entre 22 et 25 ans ».

La technologie avancée au service de la vérité

Cet individu déjà fiché par la police pour agressions sexuelles a été intercepté dans le quartier du Vernet, à l’issue de deux journées de recherches sur le terrain. Sans véritable domicile, soumis à une sorte d’errance, ce magasinier cariste au chômage est visé par le volet de l’enquête concernant Mokhtaria Chaïb. Les traces de sperme retrouvées dans la bouche de la malheureuse, disparue puis sauvagement assassinée en 1997, pourraient correspondre à l’ADN de cet homme, âgé de 37 ans au moment des faits. Les nouveaux prélèvements affectués en 2013, selon une technologie plus évoluée que les précédentes, figurent au crédit de l’avancée de l’enquête. Mais le suspect nie une quelconque implication dans les faits qui lui sont reprochés.

Partager

Icona de pantalla completa