Langue
La Clau
Perpignan: le tueur Rançon, mis en examen pour tentative d’assassinat
Langue

Depuis mercredi 3 juin, les agissements criminels de Jacques Rançon ont justifié un nouveau passage en garde à vue de l’intéressé, qui est incarcéré à Béziers. L’homme qui a avoué en octobre 2014 l’assassinat de l’étudiante Mokhtaria Chaïb, 17 ans après les faits, a alors été mis en examen. Mais sa nouvelle convocation dans les locaux de la police judiciaire de Perpignan a concerné une autre affaire d’agression, survenue sur l’avenue de Belfort, relativement proche de la gare de Perpignan. Ce volet a été révélé en mars dernier par une femme de 36 ans, possible victime de Rançon le 9 mai 1998. Celle-ci aurait été poignardée par un individu ivre, qu’elle a reconnu 17 ans plus tard à la télévision. Il y a quelques semaines, elle déclarait : « Je suis formelle, je l’ai reconnu à sa mauvaise dentition et à ses yeux ».

Il retrouve sa victime lors de la reconstitution

Le tueur de la gare, âgé de 52 ans, réfutait jusqu’à présent toute implication dans ces faits, selon son avocat, Me Xavier Capelet. Jacques Rançon, accompagné jeudi 4 juin sur les lieux des faits, a fait face à sa victime et a confessé être l’auteur de l’agression. Ses aveux circonstanciés ont été prononcés en présence du procureur de la république dans les Pyrénées-Orientales, Achille Kiriakidès. Présenté au palais de justice de Perpignan ce vendredi 5 juin, l’homme a été mis en examen pour tentative d’assassinat.

Partager

Icona de pantalla completa