Langue

Suite à quatre agressions produites en son sein en seulement six jours, la tension monte d’un cran au centre pénitentiaire de Perpignan, bloqué ce lundi matin par ses personnels de surveillance en signe de protestation. Samedi, un gardien a été blessé au visage, puis ce dimanche, un de ses collègues, victime de deux coups de poings au visage, s’est vu casser une dent. Ces faits graves s’ajoutent à deux autres agressions, mercredi 22 septembre, entraînant une fracture de la mâchoire sur un agent, tandis qu’un autre, physiquement menacé par un détenu, a contraint la direction à placer l’individu violent, tout comme le premier, en quartier disciplinaire. Malgré un léger recul de sa surpopulation, passée de 230% à 222% depuis l’été 2008, la seule prison du Pays Catalan manque cruellement de personnel. Les syndicats FO et CGT pénitentiaire, régulièrement mobilisés, nourrissent un espoir dans son agrandissement, qui permettra d’en augmenter la capacité de 50%, fin 2010, à la livraison d’un nouveau bâtiment comprenant 60 places supplémentaires. Cette surface ajoutée devrait réduire la surpopulation et la promiscuité au sein de l’établissement, sans pour autant les résoudre.

Partager