Langue

Les agents affectés à la distribution du courrier dans les villes de Perpignan, Cabestany et Saint-Estève, ont repris le travail, ce mercredi 17 mars, à l’issue de six jours de bataille avec leur direction. Le conflit, une « grève illimitée », selon la CGT, avait débuté jeudi 11 mars, dans la perspective d’une nouvelle organisation de la distribution du courrier qui aurait entraîné « des suppressions d’emplois, une dégradation des conditions de travail et un accroissement de la pénibilité ». Sur cet aspect, à l’instar de plusieurs autres professions de la fonction publique d’Etat, face à l’augmentation des cadences de travail pour les facteurs, qui suscite une fatigue plus importante des agents, ceux-ci ont obtenu l’octroi de « vélos à assistance électrique » dans la ville de Cabestany. Ces appareils hybrides, qui permettent de soulager l’effort de déplacement, sera également proposé aux agents dont les parcours sont considérés « plus pénibles », tout comme à ceux qui rencontrent des problèmes de santé et aux plus âgés qui en feront la demande. Par ailleurs, les négociations opérées entre la CGT et al direction de La Poste, à Perpignan, ont débouché sur la création de deux emplois à Saint-Estève et le maintien sur place des facteurs de la ville, menacés d’être « délocalisés » à Perpignan.

Partager

Icona de pantalla completa